�v�nements

Consultez les �v�nement ant�rieurs d’Espace Sant� :

Les 5 � 7 Conf�rences

« Urgences, parlons-en! »
15 décembre 2016

« David Levine, le�ons apprises! »
23 f�vrier 2016

« Infirmi�res Inc... Les cliniques infirmi�re o� en sommes-nous? »
16 novembre 2015

« La loi 20 aura t-elle les effets escompt�s sur l'acc�s aux m�decins de famille? Quelles seront les r�percussions advenant un �chec? »
2 juin 2015

« L'impact de la loi 10 dans le r�seau de la sant� et des services sociaux »
4 f�vrier 2015

« Une Premi�re ligne � la crois�e des chemins! »
6 octobre 2014

« Rencontre avec le Dr R�jean H�bert : La sant� et les services sociaux vus de l'int�rieur La sant� � Montr�al »
17 juin 2014

« La sant� � Montr�al : D�fis et enjeux �
19 f�vrier 2014

« Mourir dans la dignit� : Un enjeu qui nous concerne tous! »
28 octobre 2013

« Discutons financement � l'activit�! »
13 mai 2013

« Les infirmi�res et les m�decins peuvent-ils innover et am�liorer le syst�me de sant� public »
12 mars 2013

« Am�liorer les soins de sant� gr�ce � l'exp�rience patient : utopie ou r�alit� ? �
17 avril 2012

« Mieux comprendre les impacts et enjeux du Quartier de la sant� �
17 avril 2012

« Les erreurs m�dicales sous le microscope �
15 novembre 2011

« � qui la responsabilit� des soins offerts aux personnes �g�es vuln�rables ? �
11 octobre 2011

« Est-ce que la table est mise pour int�grer les IPS dans le r�seau de la sant� ? �
30 mai 2011

« Le point sur le CHUM �
9 f�vrier 2011

« 40 ans d'assurance-maladie. retour sur le pass� et regard vers l'avenir �
20 d�cembre 2010

« Les le�ons tir�es de la pand�mie de grippe a H1N1 �
28 mai 2010

« Les ordonnances collectives : « d�fis et enjeux � ? �
22 avril 2010

« La sant� mentale laiss�e pour compte ? �
24 novembre 2009

« Pand�mie de grippe : Sommes-nous pr�ts � faire face � une crise ? �
24 septembre 2009

« Augmenter la productivit� dans les salles op�ratoires des centres hospitaliers : les le�ons tir�es du comit� de terrain �
Le lundi 16 f�vrier 2009

« L'am�lioration de la performance en sant� : mirage ou solution ? �
Le 8 octobre 2008

« Diriger un centre hospitalier dans un contexte de p�nurie de ressources : la vision du Dr Porter �
Le 10 juin 2008

« La r�tention des jeunes infirmi�res dans un contexte de p�nurie �
Le 11 mars 2008

« L'utilisation de ressources priv�es par les �tablissements publics : solution ou pi�ge � long terme ? �
Le 26 novembre 2007

« Bilan de la situation des GMF et perspectives d'avenir  �
Le 19 juin 2007

Th�me : « Les coop�ratives de sant�... comme nouveau mod�le d'organisation des services de premi�re ligne ? �
le 27 mars 2007

« Nouveaux r�les, nouvelles structures : quels sont les d�fis imm�diats � relever ? �
le 28 novembre 2006

L'�valuation des technologies de la sant�, la pr�vention : deux leviers sous-exploit�s dans l'am�lioration de la performance du syst�me de sant� au Qu�bec ?
mai 2006

« Prendre soin � domicile, en avez-vous les moyens ? �
le 29 novembre 2005

« Le priv� au service de la sant� : un d�bat ! �
le 17 mai 2005

« D�fis et enjeux en sant� : pour une r�forme r�ussie. �
le 6 d�cembre 2004

« En demandons-nous trop au Ministre de la Sant� ? �
le 14 juin 2004

Le Colloque

« D�fis et enjeux en sant� : pour la cr�ation d'un nouveau leadership ! � AJMQ, Force Jeunesse
Le 20 mars 2004

Impliquez-vous, agissez et venez appuyer la rel�ve.

« Pand�mie de grippe : Sommes-nous pr�ts � faire face � une crise ? �
24 septembre 2009

Apr�s la grippe aviaire, voici que nous sommes frapp�s par une nouvelle infection virale, la grippe A H1N1 (ou grippe porcine). Malgr� la faible morbidit� de cette grippe, plusieurs sont aux aguets craignant l'�closion d'une pand�mie grave comme la grippe espagnole qui a fait au moins 30 millions de morts.

Tous conviendront que nous sommes mieux pr�par�s pour faire face � une �ventuelle pand�mie avec les syst�mes de d�tection mis en place, les nouveaux produits antiviraux, les vaccins et les mesures de pr�vention et d'hygi�ne �labor�es par la sant� publique de plusieurs gouvernements � travers le monde.

Mais face � un risque de pand�mie de grippe virale, sommes-nous v�ritablement pr�ts � faire face � une �closion rapide et forte ? Est-ce que nos m�canismes de protection sont ad�quats pour limiter la propagation ? Est-ce que nos institutions de sant�, notre personnel de sant� sont pr�par�s et form�s pour faire face � une crise et est-ce que nous savons individuellement reconna�tre et pr�venir une pouss�e de grippe virale ?

Le Groupe Espace Sant� a convi� ces membres � un 5 � 7 Conf�rence sur le th�me de la pand�mie avec les conf�renciers M. Pierre Laflamme, coordonnateur du plan de pr�paration de pand�mie du Minist�re de la sant� et des services sociaux du Qu�bec, le Dr Michel Savard du Minist�re de la sant� et des services sociaux du Qu�bec et le Dr Karl Weiss, microbiologiste-infectiologue � l'h�pital Maisonneuve-Rosemont et professeur titulaire de clinique � la facult� de m�decine de l'Universit� de Montr�al.


29 novembre 2009

Faisons notre chance face � la grippe A H1N1

Benoit Gareau est pr�sident du Groupe Espace Sant�

Depuis quelques mois, nous sommes frapp�s par la seconde vague de l'infection virale, grippe A H1N1 (ou grippe porcine). Malgr� l'innocuit� de cette grippe, plusieurs sont aux aguets craignant l'�closion d'une pand�mie plus grave.

Tous conviendront que nous sommes mieux pr�par�s � faire face � une �ventuelle pand�mie avec les syst�mes de d�tection mis en place, les nouveaux produits antiviraux, les vaccins et les mesures de pr�vention et d'hygi�ne �labor�es par la sant� publique de plusieurs gouvernements � travers le monde.

Mais face � un risque de pand�mie de grippe virale, nous devons nous poser certaines questions. Sommes-nous v�ritablement pr�ts � faire face � une �closion rapide et forte ? Est-ce que nos m�canismes de protection sont ad�quats pour limiter la propagation? Est-ce que nos institutions de sant�, notre personnel de sant� sont pr�par�s et form�s pour faire face � une crise et est-ce que nous savons individuellement reconna�tre et pr�venir une pouss�e de grippe virale ?

On pourrait apparenter l'apparition de ce virus � une attaque ou � un d�sastre naturelle qui affecte un territoire. Sans plan strat�gique, sans plan de communication pour pr�venir des catastrophes, tout peut vite d�raper lorsque confront� � des situations impr�vues, des actions incomprises ou un manque de ressources. La pr�paration strat�gique est primordiale pour ne pas sombrer dans la fatalit�. Le g�n�ral am�ricain David Petraeus disait d'ailleurs cette phrase des plus justes « La chance est ce qui arrive lorsque la pr�paration rencontre l'opportunit�.

D�j� en 2005, lors des Rendez-vous strat�giques sur la sant� de l'Institut du Nouveau Monde, le Dr Alain Poirier, directeur g�n�ral de la sant� publique au Qu�bec, affirmait qu'un virage plus important vers la sant� publique devait �tre entrepris pour sortir de la logique hospitali�re actuelle. Il �tait recommand� que des sommes importantes du budget du Minist�re de la sant� et des services sociaux soient affect�es � des programmes de sant� publique. Des politiques visant la saine alimentation, l'exercice et des programmes de pr�vention et de vaccination �taient propos�es pour r�duire la pression importante engendr�e par des �pisodes de soins du plus grand nombre sur le r�seau de la sant�.

Depuis pr�s de deux mois, nous sommes engag�s dans une campagne de vaccination sans pr�c�dent. Une campagne qui vise � prot�ger le plus grand nombre de Qu�b�cois, de Canadiens des effets impr�visibles de cette grippe. Personne ne connait la r�elle innocuit� de ce virus, mais comme il est nouveau, tr�s contagieux et qu'il s'apparente dans sa forme � des virus plus virulents, la sant� publique est aux aguets.

La campagne de vaccination a d'abord vis� le personnel de la sant�. Les employ�s du r�seau de la sant� ont �t� vaccin�s pour prendre en charge des personnes infect�es. Le personnel des urgences et des soins intensifs �tait des plus vuln�rables � une pand�mie avec la p�nurie actuelle dans certains secteurs d'activit�. En second lieu, les enfants et les personnes pr�sentant des affections chroniques plus sujettes aux infections virales ont �t� vaccin�s pour les prot�ger des effets n�fastes de cette grippe. Par la suite, le reste de la population doit suivre selon la disponibilit� des vaccins produits par les compagnies pharmaceutiques.

Avec la campagne de vaccination actuelle, on veut prot�ger le plus de personnes possibles pour contrer les effets impr�visibles du virus A H1N1, r�duire le nombre d'hospitalisation li�e � la grippe et mieux contr�ler la pression exerc�e sur l'organisation du r�seau de la sant�. La direction de la sant� publique cherche � faire des gains importants sur plusieurs fronts contre le virus A H1N1. Pr�parons nous � faire notre chance.